Un oratoire érigé en ex-voto, à l'origine de la cathédrale de Chiavari (Ligurie)

UN ORATOIRE ÉRIGÉ EN EX-VOTO
EST À L'ORIGINEDE LA BASILIQUE CATHÉDRALE
DE CHIAVARI EN LIGURIE DU LEVANT

 

Deux types de patrimoine religieux sont couramment distingués, voire opposés. D’une part, celui qui est officiel, contrôlé directement par l’Eglise. Et d’autre part, celui qui est populaire, vernaculaire, émanant des laïcs. Le cas que nous allons étudier est peu commun. En effet, à Chiavari, en Ligurie, à 40 km au sud-est de Gênes, un oratoire de 1493 érigé en ex-voto est curieusement à l’origine d’une basilique-cathédrale à laquelle il a donné son nom et transmis sa fresque : Notre-Dame du Jardin, Nostra Signora dell’Orto. Voici tout d’abord les principales étapes de cette histoire.

En 1493, une paysanne du bourg de Rupinaro, nommée Maria Dè Guercio, fit ériger un oratoire (pilone, en italien) dédié à Notre-Dame, Saint Sébastien et Saint Roch, à la périphérie de Chiavari. C’était un ex-voto pour avoir été protégée de l’épidémie de peste. Les deux saints cotitulaires sont les protecteurs habituels contre cette maladie. Ce petit monument fut construit dans une zone de jardins, ce qui lui donna son nom : Notre-Dame du Jardin. Maria Dè Guercio fit réaliser à l’intérieur de la niche, par le peintre Benedetto Borzone, une fresque représentant une Vierge à l’Enfant.


la fresque représentant l'oratoire

En 1528, une nouvelle épidémie sévit. Un cimetière pour les pestiférés fut créé dans les environs de l’oratoire. Pour éviter la contagion, l’accès à cette zone fut interdit et un mur construit autour, incluant l’oratoire. Mais ce dernier ne fut pas oublié. En 1609, une certaine Geronima Turio eut une apparition de la Madone du Jardin, confirmée par la guérison miraculeuse de son fils gravement malade. Le matin du 2 juillet 1610, la Madone du Jardin apparut à nouveau, cette fois à Sebastiano Descalzo, un habitant de Chiavari. Plusieurs guérisons miraculeuses se produisirent, en particulier celle de Lazzaro Caprino, bègue de naissance.

Le culte de Notre-Dame du Jardin fut officiellement approuvé, et une chapelle fut érigée à l’emplacement de l’oratoire. Le 1er juillet 1613, fut posée la première pierre du sanctuaire actuel. Il n’était pas alors question d’en faire une cathédrale. Les travaux progressèrent rapidement grâce à de nombreuses donations. Puis ils ralentirent à cause de la rénovation de l’église Saint-Jean dans les environs. En 1628, le sanctuaire fut confié aux Pères Carmes Déchaux afin qu’ils finissent les travaux et s’y installent. La construction fut terminée en 1633. Le 8 septembre 1634, la fresque de la Vierge à l’Enfant, abritée à l’origine dans l’oratoire de 1493, fut solennellement installée dans le nouveau sanctuaire au dessus du maître autel. En 1643, Notre-Dame du Jardin fut proclamée patronne principale de Chiavari et de son « district ». En 1769, la Madone reçut deux couronnes en or du Chapitre du Vatican. En 1797, la république ligure fut proclamée. Bonaparte supprima alors les ordres religieux, et les Carmes furent chassés. En 1809, le Pape Pie VII, prisonnier de Napoléon, passa à Chiavari et accorda le propre de la Messe et l’office liturgique de Notre-Dame du Jardin.

En 1892, le nouveau diocèse de Chiavari fut constitué. Léon XIII éleva alors le sanctuaire au rang de cathédrale, toujours dédiée à la Madone du Jardin, à Saint Sébastien et à Saint Roch. La cathédrale fut consacrée en 1894 par son premier Evêque, Mgr. Fortunato Vinelli. En 1904, Saint Pie X l’éleva au rang de basilique.

A l’intérieur de la cathédrale, la fresque de l’oratoire est toujours placée au-dessus du maître-autel. Plusieurs peintures relatent les grandes étapes de l’histoire du sanctuaire. La voûte de la grande nef est décorée par cinq fresques datant de 1868, et représentant : Benedetto Borzone peignant la fresque de l’oratoire, la pose de la première pierre du sanctuaire, la première Messe célébrée devant Notre-Dame du Jardin, la proclamation de la Madone du Jardin comme patronne principale de la ville, et le couronnement de cette Vierge à l’Enfant. Sur la voûte de l’abside, est représentée l’apparition à Sebastiano Descalzo ; et sur les parois latérales les premiers miracles.

Pour en savoir plus sur la description du monument et de ses oeuvres d'art, vous pouvez consulter :
(en italien)        http://www.maranatha.it/ChieseLocali/Dioc/DiocHomeText.htm

Cette charmante partie de la Ligurie, dite du Levant, est méconnue des Français. Signalons la beauté particulière de deux sites côtiers au relief accidenté, très peu accessibles par la route, et donc préservés. Il faut s’y déplacer en bateau, par le train ou à pied. Ces lieux sont idéaux pour randonner. Le premier est le Promontoire de Portofino, au nord-ouest de Chiavari, avec son Abbaye San Fruttuoso. Le second, au sud-est, nommé les « Cinque Terre », est constitué par le territoire de cinq villages typiquement ligures, dans un paysage splendide de restanques et de vignobles, plongeant dans la Méditerranée. De belles étapes en route vers Florence et Rome !

Hervé Poullain