Un sanctuaire Vendéen surprenant

UN SANCTUAIRE VENDEEN SURPRENANT....

LE PELERINAGE ASCENSIONNEL DE NOTRE DAME
DE LA SALETTE A LA RABATELLIERE (85)

 Ce site de pèlerinage à l'architecture singulière, aujourd'hui classé "Monument Historique" a été complètement restauré en 2010 par les soins du Conseil Général de la Vendée

La politique anticléricale menée en France à partir de 1879, va susciter en Vendée une fièvre de reconstructions d'églises détruites lors des Guerres de Vendée, et d'édification de sanctuaires et lieux de piété, particulièrement dans le Bocage.

Le curé de la Rabatellière de 1873 à 1908, l'abbé Hilairet fervent dévot à la Vierge, va construire sur ce coteau pour évoquer l'apparition de la Vierge Marie en 1846 à Mélanie et Maximin deux jeunes bergers, à la Salette en Dauphiné.

Les travaux dirigés par le prêtre et réalisés avec l'aide des paroissiens débutèrent en 1885, et devant 10 000 pèlerins réunis durant l'été 1888, furent inaugurés et bénis le 23 septembre par l'Abbé De Suyrot, les trois groupes de statues représentant du bas au sommet du coteau les trois moments de l'apparition de la Vierge à la Salette. Au premier niveau, Marie assise sur une pierre le visage entre les mains, pleure le péché des hommes, ensuite à mi-coteau, elle se relève pour expliquer sa mission aux deux enfants, puis enfin au sommet du coteau, elle s'élève au ciel sous leurs yeux, scène évoquée par un édifice à trois tours carrées, dont la plus haute au centre qui porte la statue de Marie.

Marie pleure le péché des hommes Marie explique sa mission aux enfants Marie s'élève au ciel

L'année suivante, le monument du Rosaire est achevé, c'est un ensemble de cadres de pierres et de briques où au cours d'une ascension spirituelle, se déploient les étapes du Rosaire à travers les trois mystères, joyeux, douloureux et glorieux, qui aboutie à une tour, "Le Triomphe de la Croix" qui abrite une grande piéta en fonte peinte.

Les mystères joyeux les mystères douloureux Les mystères glorieux
Tour du Triomphe de la Croix et sa Piéta

Au sommet du coteau, l'abbé Hilairet décide d'élever en 1893 la tour de "la Croix de Jérusalem" en forme de donjon carré, flanqué de tourelles pleines et cénelées. Elle renferme une très haute croix de chêne, taillée dans un arbre du parc du château de la Rabatellière, et transportée en Terre Sainte pour y être bénite avant son installation. Au pied de cette croix, deux statues représentent l'une la Foi, sous les traits d'une jeune femme tenant un calice surmonté de l'hostie et l'autre la Vendée, avec une jeune femme à la tête ceinte d'une couronne de palmes pour rappeler son martyr et tenant sur son coeur un chapelet.

Tour de la Croix de Jérusalem La Croix de Jérusalem La Foi et la Vendée

Sous cette tour, une grotte en rocaille renferme une statue du Christ mort gardé par deux anges agenouillés. En 1902, un chemin de croix, fait de simples croix de bois, vient s'ajouter le long de la colline.

Le Tombeau du Christ   Le chemin de croix

Source : Conseil Général de la Vendée
juillet 2011, Photos Brigitte Hüe, Rédacteur Francis Libaud

Voyez la fiche du site d'inventaire des Lieux de pèlerinages en France, dirigé par le Professeur Catherine Vincent de l'université de Paris X-Nanterre : http://sanctuaires.coldev.org/index.php?r=cons&sr=cons&id=384